Une campagne et des hommes

Alors que la campagne électorale pour l’élection municipale et les élections européennes a déjà commencé – ne serait ce que dans les coulisses où tout le monde s’affère pour avoir sa place sur les listes – un rapide tour d’horizon de notre panorama politique lyonnais s’avère utile.

L’élection municipale dans la capitale des Gaules est aussi, voire essentiellement pour certains, l’occasion de se placer en vue d’une échéance européenne, régionale ou sénatoriale. Elle attire aussi les projecteurs sur elle, car la campagne que nous commençons déjà à vivre est aussi liée à une démarche et à des stratégies partisanes nationales.

Jetons un œil sur les candidats et leurs équipes :

A droite, l’UMP, fortement divisée au niveau national, et après une primaire locale présente un front uni, avec un candidat légitimé, en la personne de Michel Havard. En juin dernier,  il a emporté l’élection interne, au second tour, face au député de la 11e circonscription du Rhône Georges Fenech. Ancien diplômé de Sciences Po Lyon, il a été adjoint au commerce de la mairie du 5e arrondissement de Lyon de 1995 à 2001, puis conseiller général de 2004 à 2008 et député de la 1ère circonscription du Rhône de 2007 à 2012. Elu sur les terres d’Anne-Marie Comparini, ancienne présidente UDF de la Région Rhône Alpes, il a perdu l’ensemble de ses mandats et tentera en mars prochain, de gagner, avec ses équipes au moins un arrondissement et de conserver les deux arrondissements déjà dirigés par la droite, le 2e et le 6e.

Toujours à droite, la question d’une liste autonome de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI) et des MODEM ne semble pas d’actualité. Très vraisemblablement, il y aura une liste commune UMP-UDI-MODEM dès le premier tour de l’élection municipale, et seulement une alliance UDI-MODEM aux élections européennes.

A gauche, la situation est encore un peu confuse. Le Parti Socialiste (PS) organisera un vote pour désigner le seul candidat en lice, Gérard Collomb. Professeur agrégé de lettres, l’actuel maire de Lyon, a été élu pour la première fois en 1977, il est député en 1981 et gardera son poste à l’Assemblée nationale jusqu’en 1988. En 1995, avec une liste de gauche plurielle, il remporte 3 arrondissements, et rentre dans l’exécutif du Grand Lyon, aux côtés de Raymond Barre. En 1999, il est élu Sénateur du Rhône, puis gagne en 2001 les municipales – en étant minoritaire en voix, particularité de la loi PLM – et devient maire de Lyon, et président du Grand Lyon. Il se représente donc cette année pour un 3e mandat, avec la volonté de laisser une place importante sur ses listes aux personnalités issues de la société civile.

A sa gauche, certaines incertitudes règnent. EELV présente une liste autonome avec pour l’instant en tête de liste Emeline Beaume et Etienne Tete. La première a occupé les fonctions de conseillère municipale et communautaire au mandat précédent. Le deuxième s’est fait remarquer pour s’être opposé à Gérard Collomb, alors adjoint dans la majorité municipale (2001 – 2009). Une partie de EELV a toutefois indiqué vouloir rejoindre Gérard Collomb.

La question est de savoir aussi ce que feront les partis du Front de Gauche (Parti de Gauche, Parti Communiste, Gauche Unitaire) dans le cadre d’accord au 1er tour. Se rapprocheront-ils du Groupe d’Action et de Réflexion Métropolitaine (GRAM), emmené par Nathalie Perrin Gilbert ?  Maire du 1er arrondissement, en congé du Parti socialiste depuis quelques semaines, et ancienne secrétaire nationale du PS en charge du logement. En tous les cas, elle a annoncé vouloir se présenter, et cela au moins dans 2 à 3 arrondissements. C’est aussi sur le territoire de la future Métropole, et donc du Grand Lyon, que ces accords se jouent  avec la possibilité de listes dissidentes dans d’autres communes.

Enfin, le Front National sera représenté par Christophe Boudot. Actuellement conseiller régional, il a été le directeur de campagne du candidat FN André Morin en 2008. Il sera tête de liste dans le 8e arrondissement de Lyon, et espère bien profiter des bons scores réalisés par Marine Le Pen et son parti, pour réaliser un chiffre supérieur à 10%.

La campagne est donc lancée et visiblement la composition des listes a lieu avant la mise en scène des programmes de chacun. La présentation définitive devrait intervenir tardivement, les leaders repoussant au maximum l’échéance pour éviter aux « déçus » de faire défection.