Enquêter sur le FN : une ouverture en trompe l’œil

La table ronde consacrée à l’étude de l’extrême droite en campagne a réuni des contributions aux terrains assez divers. Il a été question de membres du Front National (élus, militants, directeur de campagne), mais aussi de lyonnais engagés au sein des jeunesses identitaires. Les parcours de ces différents individus avaient chacun leur particularité. Il n’en demeure pas moins que la table ronde a été l’occasion de discuter plusieurs régularités dans leurs biographies : une forte pratique du catholicisme et le passage par certaines universités et mouvements politiques de jeunesse.

Mais le principal intérêt de cette table ronde a été de revenir sur les conditions d’enquête de jeunes étudiants de deuxième année au sein du Front National. Les travaux sur le militantisme frontiste des années 1980-2000 avaient incité leurs enseignants à être particulièrement attentifs aux conditions d’entrée sur le terrain. Il ressort des présentations orales des étudiants que cette dernière a été finalement assez facile. Ils ont pu aisément, et dans le bref délai de l’enquête (quelques semaines), s’entretenir avec des membres du FN et même, pour certains d’entre eux, réaliser plusieurs observations à l’occasion de meetings non ouverts à la presse. Autrement dit, le Front National a ouvert ses portes aux jeunes enquêteurs de Sciences Po Lyon.

Ce premier constat ne doit pas en cacher un second. Si les étudiants n’ont pas connu de difficulté particulière pour « décrocher des entretiens », leur degré de liberté réel sur le terrain était très restreint. Ils ne pouvaient par exemple discuter qu’avec les militants autorisés à le faire. Un groupe d’étudiants a ainsi évoqué le cas d’un meeting au cours duquel ils se sont rapprochés de plusieurs militants pour s’entretenir avec eux de manière formelle. A chaque tentative un cadre du parti venait les chercher pour leur expliquer qu’il ne « fallait pas parler avec ces gens là ». D’autres se sont vus limiter les possibilités d’entretiens aux seuls individus envoyés par l’organisation. Le cadre fixé par les responsables partisans était celui du discours contrôlé. Les tentatives d’échanges avec des militants concernant les étrangers, ont été systématiquement interrompues par l’intervention d’un cadre du parti.

Si les conditions d’enquête n’allaient pas jusqu’à la nécessité de passer par le travestissement d’identité comme dans certains travaux de journalistes des années 1980, il faut se prémunir contre l’illusion d’un terrain ouvert, devenu tout à fait « comme les autres ». Les récits d’étudiants montrent qu’il s’agit encore d’enquêtes en milieu « difficile » (Boumaza, Campana, 2007), pour lesquelles il faut sans cesse – et sans doute plus qu’ailleurs – se questionner sur son rapport à son terrain, sur la manière dont on y est perçu (Boumaza, 2001). Les présentations de cette table ronde font directement écho à ce que décrivait Sylvain Crépon dans son travail sur le FNJ de Samuel Maréchal (Crépon, 2006). Il avait pu faire une enquête au long cours, mais avait été contraint, par la direction du mouvement, à se limiter à certains lieux et à certaines personnes.

En « ouvrant ses portes », le Front National suit un double objectif. D’abord faire parler de lui à quelques semaines des élections municipales. Si une enquête sociologique menée par des étudiants n’a pas le retentissement d’une couverture presse, elle n’en reste pas moins une occasion de médiatiser son action au delà de ses frontières partisanes. Le second objectif est moins évident, mais tout aussi présent dans les enquêtes présentées par les étudiants. Peu de temps avant le dépôt des listes, le parti frontiste n’était toujours pas parvenu à réunir suffisamment de personnes ayant accepté de déposer leur nom sur la liste du FN. Ils étaient notamment en manque de candidatures féminines. La pénurie était telle que des cadres du parti sont allés jusqu’à proposer à une des étudiantes enquêtrices d’intégrer la liste FN d’un arrondissement.

La facile entrée sur le terrain racontée par tous les étudiants ayant choisi de travailler sur l’extrême droite lyonnaise ne doit pas occulter la dimension stratège du parti et de ses dirigeants. Il s’agissait de laisser de jeunes étudiants enquêter au sein de l’extrême droite lyonnaise, mais auprès d’acteurs autorisés à parler. D’acteurs en l’occurrence porteurs d’une parole plus contrôlée que celle de l’ensemble des militants. Cette dernière est restée insaisissable pour les différents groupes d’enquête. Insaisissable il est vrai car cela exige souvent un travail sur le temps long. Mais insaisissable aussi par ce que les cadres du FN ne leur ont « ouvert » que les portes qu’ils désiraient. Celles donnant accès aux militants de base du parti, sont restées closes. Bien closes.

 

Références citées

BOUMAZA Magali, « L’expérience d’une jeune chercheuse en « milieu extrême » : Une enquête au Front national », Regards sociologiques, 22, 2001.

BOUMAZA Magali, CAMPANA Aurélie, « Enquêter en milieu « difficile » », Revue française de science politique, vol. 57, n°1, 2007.

CREPON Sylvain, La nouvelle extrême droite. Enquête sur les jeunes militants du Front national, Paris, L’Harmattan, 2006.

Retour sur les enseignements de la journée d’études

Le vendredi  31 janvier s’est tenue une journée d’études à l’ENS de Lyon intitulée « Fragments d’enquête – Juste avant la campagne ». Celle-ci a été l’occasion d’entendre les étudiants de l’université Lyon 2 et de Sciences Po Lyon présenter leur travail d’enquête.

Les discussions ont été riches et stimulantes. Elles ont permis de revenir sur les méthodes d’enquête employées par les étudiants et sur la construction de leurs terrains. Elles ont également été l’occasion de proposer de discuter sur des éléments de fond, et notamment sur le rapport à la politique des individus interrogés.

Nous proposons de mettre en ligne cinq comptes-rendus analytiques des tables rondes thématiques qui ont rythmé cette journée. Nous commençons aujourd’hui par la table ronde de l’après midi consacrée aux associations.

 

Voir le programme complet de la journée d’études sur le site internet de l’UMR Triangle.

Quand étudier une pratique religieuse interroge nos convictions les plus intimes

Considérations autour d’une enquête collective sur les jeunes convertis à l’Islam.

Cette note constitue un retour réflexif sur une enquête collective menée entre septembre et décembre 2013. Nous nous sommes penchés à cette occasion sur le rapport au politique d’une population très spécifique : les jeunes convertis à l’Islam de l’agglomération lyonnaise.

En travaillant sur des individus ayant une forte pratique religieuse, nous avons été amenés très rapidement à mettre en question notre propre rapport à la religion et plus particulièrement à l’Islam. Ce sont à la fois nos convictions personnelles et nos représentations que nous avons interrogés. Nous avons construit cette enquête à six et deux d’entre nous sont musulmanes pratiquantes, une chiite et l’autre sunnite. A l’inverse, deux autres membres du groupe, ont du faire un effort particulier afin d’éviter tout jugement normatif. En effet, ils entretiennent des rapports plutôt conflictuels avec la religion, notamment depuis les débats de cette année autour du mariage homosexuel.

Dans les premières semaines de l’enquête, cette relative proximité de certains d’entre nous avec le terrain, nous a permis de constituer rapidement un « réseau » de convertis (connaissances, amis d’amis, voisinage…) potentiellement disponibles pour des entretiens. Après réflexion, il nous a fallu toutefois prendre conscience des limites de cette apparente facilité. En effet, la cohorte d’enquêtés semble, rétrospectivement, très homogène. Cette homogénéité est directement liée à la manière dont nous avons constitué cette cohorte : jeunes (le plus âgé ayant 31 ans), diplômés (du Baccalauréat au master) et issus ou appartenant à une classe moyenne-basse. C’est alors, grâce au regard des différents membres du groupe, que nous nous sommes penchés sur ceux que nous avons appelés les  »non-enquêtés ». C’est-à-dire ceux avec qui nous n’avons pu effectuer un entretien, notamment car nous avons essuyé des refus. Ces refus viennent souvent de jeunes entrés dans un Islam plus rigide, avec notamment la mise en valeur de l’identité musulmane dans l’espace public (barbe, djelaba…). Issus généralement des classes populaires, ils ne sont pas ou peu diplômés et constituent une part non négligeable des jeunes convertis. Les possibilités d’exploitations du terrain ont été par ailleurs décuplés, car nous avons pu observer la prière du vendredi dans deux mosquées différentes afin d’étudier la composition de la population des fidèles et le contenue des prêches. Une observation participante dans un lieu de culte lors de l’office pose, en effet, quelques difficultés pour un non croyant. Une des musulmanes pratiquantes du groupe a eu accès facilement au lieu et a pu analyser aisément les différences en terme de dogme entre mosquées, grâce à une relative bonne compréhension de l’arabe littéraire.
Lorsqu’il a été question de constituer les grilles d’entretiens, puis de mener l’enquête, nous avons été confronté à de réels débats issus directement des différences, parfois des clivages, entre nos points de vue, nos convictions, au sein même du groupe. Cela a été très prolifique, et a permis de donner de la profondeur à notre approche du terrain. L’exemple le plus significatif a été celui de la définition de ce qui serait une forte pratique religieuse : si pour les non-croyants la pratique quotidienne de l’Islam à raison de cinq prières par jour paraissait naturellement rentrer dans cette catégorie, il en allait autrement pour les pratiquantes du groupe qui expliquaient qu’il s’agit là d’un strict minimum pour pouvoir s’affirmer musulman pratiquant. Ces différents regards ont indéniablement influencé les entretiens, notamment par l’imposition de certaines problématiques au enquêtés. Plutôt que d’ignorer la question, nous avons initié notre analyse par le retour critique de chacun sur les entretiens menés par les autres membres du groupe à l’aide de retranscriptions détaillées (les retranscriptions ont été faites par d’autres enquêteurs que ceux qui ont mené l’entretien).
Les différents moments de l’analyse et de l’écriture, de la problématisation à ce dernier texte, ces différents profils au sein du groupe ont été par moment atouts et parfois faiblesses. Nous avons fait un réel effort d’objectivation croisée des données de l’enquête. La mise en cohérence des différents regards sur ces données a été un défi difficile à relever. En revanche, nous avons économisé un temps conséquent, notamment en lecture, lorsqu’il était question de comprendre les différentes pratiques religieuses, les croyances des enquêtés. Avoir des pratiquantes maîtrisant le dogme et ayant conscience des nombreux débats agitant la communauté des croyants a été un avantage certain.

En définitive, nous pouvons dire que nous aurions eu du mal à produire une enquête aussi complète en si peu de temps (onze semaines), sans avoir constitué ce groupe certes hétérogène mais au sein duquel est né une vrai dynamique. A chaque moment de l’enquête nous avons discuté, dialogué sur tous ces aspects induits par le positionnement de chacun vis à vis de l’Islam. A posteriori, la principale difficulté, qui a pu nuire à la qualité de notre raisonnement et de la rédaction, a été non pas l’hétérogénéité mais d’avantage le nombre. Nous étions six là où deux ou trois étudiants auraient suffit, en particulier dans l’optique de se préparer à l’écriture très solitaire d’un mémoire au second semestre de cette année de Master.

Hugo Nadin
Étudiant en Master 1 de Science Politique à l’Université Lumière Lyon 2