Journée d’études Fragments d’enquête – Personnes ayant une pratique confessionnelle soutenue

Les enquêtes présentées lors de cette table ronde portent seulement sur des Lyonnais de confession catholique ou musulmane. Bien qu’elles aient eu lieu à un moment où la campagne n’avait clairement pas commencé pour nos enquêtés (fin 2013), elles nous permettent de tirer quelques fils de réflexion transversaux sur le rapport au politique de ces Lyonnais ayant une pratique confessionnelle soutenue.

Premier constat : la confession des enquêtés présentés au cours de la table ronde ne nous dit rien de leur orientation politique. Pour le dire simplement, en reprenant les propos de Dominique Schnapper et Sylvie Strudel : « Il va de soi que le fait politique [religieux] ne se réduit pas au problème du vote des [personnes croyantes/pratiquantes] » . L’isolement de la variable « religion » pour esquisser une compréhension des orientations électorales d’un groupe d’acteurs est d’emblée apparu comme non pertinent et les quelques enquêtes dont il fut question autour de notre table ronde ont confirmé ce point. Parmi eux, deux femmes retraitées catholiques ont un vote partisan pour l’UMP, un père de famille catholique lui aussi a un vote plutôt volatile alors que le fils de l’un deux se dit favorable à François Hollande. Parmi les enquêtés de confession musulmane, un jeune homme ayant voté pour le PS puis pour José Bové en 2007, se dit aujourd’hui relativement indifférent au jeu des partis.

En revanche, les discussions nous ont rapidement menés à relever des similitudes dans les formes de rapport au politique des enquêtés, via leurs engagements multiples qu’ils soient définis par les enquêtés comme religieux, associatif, civique, moral, communautaire ou local. Nombre des enquêtés présentés cumulent en effet une pratique religieuse régulière avec un engagement autre, plus ou moins directement lié à cette pratique religieuse. Par exemple, alors qu’un enquêté est membre de l’association alter catho, un autre travaille en tant que libraire dans l’association Tawhid. Il fut également question d’un prêtre du Prado pleinement investi dans la vie ouvrière du 7e arrondissement, élu au syndicat des prêtres de Lyon, ou encore d’un membre de la communauté du Chemin neuf vivant depuis une dizaine d’années dans le 5e arrondissement. Pour autant, tous ne considèrent pas leurs engagements sur la place publique comme des engagements « politiques ».

On assiste ainsi à un rapport au politique qui, pour la plupart des enquêtés rencontrés, est d’abord fondé sur un engagement religieux mais dont les pratiques quotidiennes entrent largement dans l’ordre du profane. Ce rapport au politique est notamment marqué par un intérêt régulier pour l’actualité tant nationale que locale, et l’intérêt qu’ils portent à des enjeux particuliers comme le débat sur le mariage pour tous, pour les enquêtés catholiques, ou bien pour le conflit israélo-palestinien, pour certains enquêtés musulmans.

Derrière cette présentation schématique des réflexions menées sur le rapport au politique au cours de la table ronde se cache une question restée en suspens et pourtant incontournable : où poser la frontière entre engagement religieux et engagements profanes ? L’interpénétration des deux domaines est grande et un jeune chercheur en science politique pourra aisément voir les marqueurs d’un engagement civique profane là où son enquêté ne se décrit lui-même que comme un croyant aux comportements moraux. On retrouve d’ailleurs cette opposition entre action « morale » et engagement « politique » chez d’autres catégories d’acteurs, comme par exemple les militants de la Ligue des Droits de l’Homme dont les carrières ont été analysées par Eric Agrikoliansky . Qualifier son action de « morale » constitue ainsi un moyen de la démarquer d’une action « politique », qualificatif entendu comme péjoratif car faisant référence à un jeu partisan qui, dans l’esprit des enquêtés, est ici plus proche d’un jeu au service de la conquête du pouvoir que d’une véritable adhésion à des valeurs. Autrement dit, qualifier son action de « morale » permet de dépolitiser le discours qui l’entoure, sans pour autant nier la réalité de cette action locale – associative, sympathisante, citoyenne – dans la polis, la cité.

Ce rapport au politique nettement marqué par des engagements allant du profane vers le sacré peut aussi être compris comme étant une conséquence de la socialisation de nos enquêtés qui, tous, appartiennent à des milieux sociaux privilégiés. Ainsi, il nous semble plus raisonnable d’appréhender le milieu social d’origine comme principal élément de compréhension du rapport au politique de nos enquêtés, que d’associer seulement l’intensité de leur pratique religieuse à celle de leurs engagements tiers.
Difficile d’ailleurs de réussir à qualifier ce degré d’intensité de la pratique religieuse de chacun. Bien que le titre de la catégorie « personne ayant une pratique confessionnelle soutenue » ait pu nous donner au premier abord l’impression de couvrir une réalité assez homogène, les analyses des uns et des autres dévoilent une réalité toute autre. Une personne qui se rend chaque semaine dans un lieu de culte ne se définira pas forcément elle-même comme ayant « une pratique confessionnelle soutenue ». Autrement dit, la perception de l’intensité de la pratique par le chercheur est souvent en décalage avec la façon dont les enquêtés définissent eux-mêmes leur pratique religieuse. Pour la qualifier, la fréquence de la fréquentation d’un lieu de culte ne semble pas être un critère nécessairement pertinent – bien qu’il restât un indicateur relativement pratique pour la délimitation du terrain d’enquête.

Un dernier point mérite d’être souligné : la plupart des enquêtés présentés ici se disent « méfiants » envers « la politique ». Bien que la plupart des enquêtés rencontrés suivent l’actualité et se forgent des opinions sur les thématiques qui les intéressent, on note que les hommes et femmes politiques, les partis et les jeux électoraux sont l’objet d’une défiance claire de leur part. La façon dont ils qualifient leurs engagements (« moraux », « civiques ») témoigne déjà de cette volonté d’éviter le politique. On pourrait aussi comprendre ce phénomène en faisant l’hypothèse que certains enquêtés, comme ils nous l’ont dit, se méfient d’une certaine stigmatisation de leurs pratiques religieuses par le politique. Mais le phénomène est plus vaste, surtout si l’on considère que la défiance vis-à-vis du politique se retrouve dans bien d’autres catégories sociales – et notamment la catégorie « artisans et petits commerçants » qui fut l’objet d’une autre table ronde.
Sans pouvoir l’expliquer complètement, on constate des conséquences différenciées de cette défiance du politique dans les difficultés d’accès au terrain des enquêteurs. Il fut notamment plus simple de solliciter des entretiens avec des interlocuteurs pratiquant la religion majoritaire qu’avec des personnes pratiquant les religions minoritaires dans le pays. Si cette remarque vaut pour tous les participants de la table ronde, elle est aussi fondée sur les expériences de l’ensemble des enquêteurs qui ont souhaité s’intéresser aux Lyonnais ayant une pratique confessionnelle régulière. On comprend aisément la crainte que peuvent avoir les pratiquants des religions minoritaires, voire dominées, de voir leurs propos déformés ou devenir l’objet de stigmatisations. En se présentant comme étudiants en science politique, les enquêteurs ont parfois suscité la méfiance de leurs enquêtés potentiels, inquiets de voir leur religion devenir l’objet d’une analyse politique qui aurait pu, selon leur expérience et leurs perceptions, alimenter des préjugés sur leur foi. Ce n’est qu’après avoir essuyé plusieurs échecs et réfléchi à d’autres modes de présentation de soi que les enquêteurs ont réussi à convaincre leurs interlocuteurs réticents de jouer le jeu de l’enquête – dont ils avaient parallèlement estompé la dimension « politique » et « électorale » au profit d’un intérêt plus fort pour l’engagement associatif, par exemple. Ce constat contraste avec la relative facilité d’accès au terrain pour les étudiants ayant pris pour objets des enquêtés de confession catholique. En allant dans une paroisse, rencontrer les fidèles à la fin d’une messe ou bien en passant par des contacts communs, la plupart des enquêteurs n’ont pas eu de mal à convaincre leurs enquêtés potentiels de participer à une enquête de science politique.

—-

Références utilisées :
Schnapper, Strudel, « Le vote juif en France », Revue française de science politique, 1983, n°6, pp. 933-961
Agrikoliansky Éric, Carrières militantes et vocation à la morale : les militants de la LDH dans les années 1980, Revue française de science politique, 2001/1 Vol. 51, p. 27-46