Enquêter sur le FN : une ouverture en trompe l’œil

La table ronde consacrée à l’étude de l’extrême droite en campagne a réuni des contributions aux terrains assez divers. Il a été question de membres du Front National (élus, militants, directeur de campagne), mais aussi de lyonnais engagés au sein des jeunesses identitaires. Les parcours de ces différents individus avaient chacun leur particularité. Il n’en demeure pas moins que la table ronde a été l’occasion de discuter plusieurs régularités dans leurs biographies : une forte pratique du catholicisme et le passage par certaines universités et mouvements politiques de jeunesse.

Mais le principal intérêt de cette table ronde a été de revenir sur les conditions d’enquête de jeunes étudiants de deuxième année au sein du Front National. Les travaux sur le militantisme frontiste des années 1980-2000 avaient incité leurs enseignants à être particulièrement attentifs aux conditions d’entrée sur le terrain. Il ressort des présentations orales des étudiants que cette dernière a été finalement assez facile. Ils ont pu aisément, et dans le bref délai de l’enquête (quelques semaines), s’entretenir avec des membres du FN et même, pour certains d’entre eux, réaliser plusieurs observations à l’occasion de meetings non ouverts à la presse. Autrement dit, le Front National a ouvert ses portes aux jeunes enquêteurs de Sciences Po Lyon.

Ce premier constat ne doit pas en cacher un second. Si les étudiants n’ont pas connu de difficulté particulière pour « décrocher des entretiens », leur degré de liberté réel sur le terrain était très restreint. Ils ne pouvaient par exemple discuter qu’avec les militants autorisés à le faire. Un groupe d’étudiants a ainsi évoqué le cas d’un meeting au cours duquel ils se sont rapprochés de plusieurs militants pour s’entretenir avec eux de manière formelle. A chaque tentative un cadre du parti venait les chercher pour leur expliquer qu’il ne « fallait pas parler avec ces gens là ». D’autres se sont vus limiter les possibilités d’entretiens aux seuls individus envoyés par l’organisation. Le cadre fixé par les responsables partisans était celui du discours contrôlé. Les tentatives d’échanges avec des militants concernant les étrangers, ont été systématiquement interrompues par l’intervention d’un cadre du parti.

Si les conditions d’enquête n’allaient pas jusqu’à la nécessité de passer par le travestissement d’identité comme dans certains travaux de journalistes des années 1980, il faut se prémunir contre l’illusion d’un terrain ouvert, devenu tout à fait « comme les autres ». Les récits d’étudiants montrent qu’il s’agit encore d’enquêtes en milieu « difficile » (Boumaza, Campana, 2007), pour lesquelles il faut sans cesse – et sans doute plus qu’ailleurs – se questionner sur son rapport à son terrain, sur la manière dont on y est perçu (Boumaza, 2001). Les présentations de cette table ronde font directement écho à ce que décrivait Sylvain Crépon dans son travail sur le FNJ de Samuel Maréchal (Crépon, 2006). Il avait pu faire une enquête au long cours, mais avait été contraint, par la direction du mouvement, à se limiter à certains lieux et à certaines personnes.

En « ouvrant ses portes », le Front National suit un double objectif. D’abord faire parler de lui à quelques semaines des élections municipales. Si une enquête sociologique menée par des étudiants n’a pas le retentissement d’une couverture presse, elle n’en reste pas moins une occasion de médiatiser son action au delà de ses frontières partisanes. Le second objectif est moins évident, mais tout aussi présent dans les enquêtes présentées par les étudiants. Peu de temps avant le dépôt des listes, le parti frontiste n’était toujours pas parvenu à réunir suffisamment de personnes ayant accepté de déposer leur nom sur la liste du FN. Ils étaient notamment en manque de candidatures féminines. La pénurie était telle que des cadres du parti sont allés jusqu’à proposer à une des étudiantes enquêtrices d’intégrer la liste FN d’un arrondissement.

La facile entrée sur le terrain racontée par tous les étudiants ayant choisi de travailler sur l’extrême droite lyonnaise ne doit pas occulter la dimension stratège du parti et de ses dirigeants. Il s’agissait de laisser de jeunes étudiants enquêter au sein de l’extrême droite lyonnaise, mais auprès d’acteurs autorisés à parler. D’acteurs en l’occurrence porteurs d’une parole plus contrôlée que celle de l’ensemble des militants. Cette dernière est restée insaisissable pour les différents groupes d’enquête. Insaisissable il est vrai car cela exige souvent un travail sur le temps long. Mais insaisissable aussi par ce que les cadres du FN ne leur ont « ouvert » que les portes qu’ils désiraient. Celles donnant accès aux militants de base du parti, sont restées closes. Bien closes.

 

Références citées

BOUMAZA Magali, « L’expérience d’une jeune chercheuse en « milieu extrême » : Une enquête au Front national », Regards sociologiques, 22, 2001.

BOUMAZA Magali, CAMPANA Aurélie, « Enquêter en milieu « difficile » », Revue française de science politique, vol. 57, n°1, 2007.

CREPON Sylvain, La nouvelle extrême droite. Enquête sur les jeunes militants du Front national, Paris, L’Harmattan, 2006.

Retour sur les enseignements de la journée d’études

Le vendredi  31 janvier s’est tenue une journée d’études à l’ENS de Lyon intitulée « Fragments d’enquête – Juste avant la campagne ». Celle-ci a été l’occasion d’entendre les étudiants de l’université Lyon 2 et de Sciences Po Lyon présenter leur travail d’enquête.

Les discussions ont été riches et stimulantes. Elles ont permis de revenir sur les méthodes d’enquête employées par les étudiants et sur la construction de leurs terrains. Elles ont également été l’occasion de proposer de discuter sur des éléments de fond, et notamment sur le rapport à la politique des individus interrogés.

Nous proposons de mettre en ligne cinq comptes-rendus analytiques des tables rondes thématiques qui ont rythmé cette journée. Nous commençons aujourd’hui par la table ronde de l’après midi consacrée aux associations.

 

Voir le programme complet de la journée d’études sur le site internet de l’UMR Triangle.

Le rapport à la politique des lyonnais à travers six focales

Un des principaux défis de notre enquête collective est de comprendre le rapport qu’entretiennent les lyonnais à la politique en période de campagne électorale. Pour ce faire, nous avons privilégiée une démarche compréhensive, qui s’appuie sur un matériau qualitatif, plutôt qu’un modèle explicatif centré sur le sondage.

Ce parti pris méthodologique implique d’opérer des choix. La conduite d’entretiens à répétitions et d’observations au long cours constitue un protocole d’enquête lourd qui conduit à se centrer sur des terrains bien délimités. Dans le travail sur la présidentielle à Lyon, les enquêteurs de Vox Populy avaient privilégié une focale territoriale, en analysant le rapport à la politique d’individus en fonction de leur quartier d’appartenance. Pour cette nouvelle recherche, nous avons opté pour des entrées sociologiques. Les six catégories ainsi retenues font sens à la fois vis-à-vis de la littérature existante et du terrain lyonnais.

–       La forte pratique religieuse est une des variables les plus traditionnelles de la sociologie électorale. Ce n’est pas tant la corrélation avec une orientation électorale qui nous intéresse, mais plutôt les représentations, les manières de voir le monde, le rapport au politique de ces individus. Ce questionnement est d’autant plus intéressant qu’il s’inscrit dans le contexte lyonnais, marqué à la fois par une forte prégnance historique du catholicisme et par une importante activité des mobilisations « Manif pour tous » à l’hiver 2012 et au printemps 2013.

–       L’âge est trop rapidement considéré comme une variable qui va de pair avec un vote à droite. En proposant d’aller enquêter auprès de retraités, on se propose d’étudier le rapport au politique en l’inscrivant dans de longs récits de vie : de comprendre les différents espaces de socialisation politique, les différents événements qui ont compté, les moments de continuité et de rupture. Il s’agira alors de saisir les formes d’activations politiques qui s’opèrent lors d’une campagne municipale, au prisme de l’enchevêtrement du temps long et du temps court.

–       Les travaux d’Annick Percheron ont permis de prendre au sérieux la socialisation politique des enfants. L’intérêt pour les activités politiques et leur compréhension ne commence pas soudainement à la majorité électorale. Conscient des apports de ces recherches, le travail sur les primo-votants propose d’interroger les formes de socialisation politique antérieures de ces individus et de saisir ce qui se joue à l’occasion d’une première campagne (et d’un premier vote) en termes de rapport au politique.

–       La participation politique des étrangers peut être éclairée par les travaux socio-historiques sur l’extension du suffrage. En effet, il s’agit bien d’une catégorie de la population qui n’a pas, ou très partiellement, accès à l’isoloir. Le contexte de la campagne municipale est particulièrement intéressant pour étudier leur rapport à la chose publique avec une distinction entre les étrangers communautaires qui ont le droit de vote, et les extracommunautaires qui ne l’ont pas. De plus, la présidentielle de 2012 a été marquée par des engagements de plusieurs candidats sur le vote des étrangers, thématique qui pourrait ressurgir lors de la campagne à venir. L’objectif premier est bien de prendre cette question du côté des individus étrangers, d’interroger leur rapport à la politique, et moins d’observer les mobilisations.

–       Les grandes enquêtes quantitatives tendent à montrer des corrélations entre échelle sociale d’un côté et participation et compréhension politique de l’autre. Dans un tel modèle l’étude des précaires peut se résumer à un faible intérêt pour la politique. Plusieurs travaux récents ont montré tout l’intérêt de l’enquête qualitative pour interroger les formes de politisation d’individus vivant dans des quartiers populaires. En suivant la même démarche, il s’agit ici de se pencher sur celle des précaires en la pensant à la fois dans leur vie quotidienne, dans leur rapport à des organisations collectives et dans la temporalité de la campagne.

–       Dès le début des années 1980, Nonna Mayer montre « l’ancrage à droite des petits commerçants et artisans ». Au delà de la discussion de cette corrélation, nous souhaitons saisir leur rapport à la politique (et aux politiques) au cours d’une campagne. Notre intérêt est double : d’abord au niveau de leurs représentations et de leurs discours propres, qui plus est dans un contexte électoral au sein duquel le maire sortant place les entreprises et les entrepreneurs au cœur de son action. Ensuite parce qu’à travers leur activité professionnelle, ils participent à créer des espaces de sociabilité où la discussion politique informelle est fréquente.

Privilégier ces six catégories est le résultat d’un choix en amont de l’enquête. Nous aurions pu en proposer et en retenir d’autres. Néanmoins il nous semblait important de circonscrire, a priori, des terrains d’enquête bien délimités. Le travail qualitatif implique une accumulation de matériau importante qu’il serait impossible d’obtenir sur des terrains trop vastes ou trop nombreux.

Trois enquêtes pour une campagne

Enquêter sur une campagne électorale c’est enquêter à un moment particulier de la vie politique municipale. Les murs de la ville se couvrent et se recouvrent d’affiches, les marchés deviennent des espaces de discussion politique, les réseaux sociaux deviennent des scènes de luttes partisanes. Le rapport à la politique des individus s’en trouve temporairement modifié. C’est vrai pour les professionnels de la politique qui rangent leur costume de décideur public pour endosser celui de candidat. Mais c’est aussi vrai pour ceux que Daniel Gaxie appelle les « indifférents », habituellement peu sensibles à la chose publique et qui, à l’occasion d’une campagne, peuvent s’intéresser, prendre parti et même participer à la compétition électorale.

Pour saisir au mieux les transformations du rapport à la politique pendant ce temps particulier, nous avons décidé de travailler collectivement en mobilisant trois dispositifs d’enquête complémentaires : les partis en campagne, l’environnement militant et les lyonnais.

Le premier axe sera consacré aux candidats et à leurs appareils politiques. Il s’agira de s’intéresser aux pratiques concrètes de campagne, que ce soient les débats pour les compositions des listes, les séances de tractage, les réunions entre militants, les meetings ou bien encore la mise à jour d’un site internet. Cette attention particulière aux pratiques concrètes impose un travail d’enquête qualitatif qui passera notamment par la conduite d’entretiens et des observations ethnographiques. Cette partie de la recherche sera conduite auprès des principales équipes de campagne dans quatre arrondissements de Lyon : le 1er, le 3ème, le 5ème et le 8ème.

Le second dispositif est centré sur une catégorie plus labile, celle de l’environnement militant. L’idée est de s’intéresser au rapport à la campagne municipale de groupes militants aux intérêts divers. On pense par exemple à des associations de riverains, à des syndicats, à des organisations culturelles ou à des groupes religieux. Ces entités collectives ont toutes une existence pérenne en dehors de la campagne électorale. Mais à l’occasion de celle-ci, elles peuvent avoir vocation à se tourner vers le politique, à formaliser des revendications, à soutenir un candidat, voire à ce que certains de ses membres intègrent une liste. L’enquête qualitative aura pour principal objectif de saisir les formes d’activation politique qui peuvent surgir à l’occasion d’une campagne municipale.

Enfin, la troisième enquête permettra de se pencher sur le rapport à la politique des lyonnais avant les élections Plutôt que de produire une énième enquête quantitative, ayant pour veine vocation la représentativité de l’ensemble des électeurs lyonnais, nous privilégions ici une enquête qualitative, au long cours, centrée sur des sous-ensembles plus restreints. Il s’agit d’individus pour lesquels la littérature de sociologie électorale nous apporte déjà quelques éclairages, mais dont le rapport à une campagne municipale, qui plus est dans le contexte lyonnais, reste à interroger. Les entretiens seront menés auprès d’habitants lyonnais aux profils sociaux divers : des primo-votants, des précaires, des retraités, des petits commerçants et artisans, des étrangers (communautaires et extra-communautaires), et des personnes à forte pratique religieuse.

Six mois avant le premier tour de l’élection, l’esquisse des trois terrains à arpenter est tout juste tracée. Ce qui reste à venir est le plus long, le plus déroutant et le plus excitant : enquêter.

Enquête(s) sur une campagne

Ce carnet est centré sur le suivi d’une enquête collective consacrée aux élections municipales à Lyon en 2014. La problématique générale de cette recherche est de questionner le « rapport à la politique » d’individus, et de groupes d’individus, à l’occasion d’un moment particulier : la campagne électorale.
Cette enquête est subdivisée en trois axes:
– Les partis en campagnes
– Les sympathisants
– Les lyonnais et la campagne

La recherche sera conduite entre octobre 2013 et mars 2014 par des enseignants chercheurs en science politique de l’UMR Triangle (5206), mais aussi par des étudiants de l’IEP de Lyon (CDM Méthodes en sciences sociales, 2e année) et de l’Université Lyon 2 (TD Socialisations et opinions politiques, M1 Science politique).