Table ronde : Les Associations et la campagne des municipales

Cette table a réuni des présentations marquées par la diversité des acteurs envisagés et de la manière dont le rapport à la politique est abordé par ceux-ci et par les enquêteurs eux-mêmes. Trois points principaux ont émergé des quatre présentations et de nos échanges qui ont suivi.

En premier lieu, nous pouvons distinguer deux types d’enquêtés : ceux qui présentent leur activité comme militante et se définissent comme « militants » tels que des membres de la Ligue des Droits de l’Homme ou des membres de l’Association Carton Rouge. D’autres à l’inverse sont des salariés d’associations sanitaires ou membres d’associations de loisirs, culturelles et ont un rapport très distant dans leur activité au militantisme, ils se définissent plutôt comme des bénévoles. Pour plusieurs d’entre eux, leur militantisme ou leur travail associatif se fait à l’interface avec les pouvoirs publics pour lesquels ils remplissent des missions d’intérêt général ou sont actifs dans des instances de consultation et de participation de l’agglomération.

En raison de cette diversité des manières d’être et d’agir au sein de leurs associations respectives, leur rapport à la politique diffère fortement. Pour celles et ceux qui se définissent comme militants, les liens avec la vie politique partisane sont nombreux ou l’ont été. En effet, plusieurs d’entre eux seront sur des listes lors des élections municipales en mars 2014 ou ont été précédemment engagés au sein d’un parti politique. Toutefois, ils explicitent leur engagement partisan en prenant soin de le distinguer de leur militantisme associatif. Pour d’autres, c’est bien l’engagement politique qui a précédé l’engagement associatif. Ce dernier est alors plutôt une réponse à un désenchantement vis-à-vis du politique, de la « politique politicienne » pour reprendre leurs termes. En revanche, ceux qui ont présenté leur lien avec les associations comme du bénévolat, un loisir ou un travail, ont un faible intérêt pour la politique. La campagne reste très peu présente dans leurs discours et leur positionnement sur l’échiquier politique semble plus volatile.

Finalement, cette table a été l’occasion d’interroger la pertinence de regrouper ces différentes interventions sous le vocable « associations ». En effet, dans la lignée de plusieurs travaux de science politique et de sociologie (Agrikoliansky, 2003 ; Hamidi, 2006), il apparaît plus pertinent de questionner le rapport au politique des membres d’associations en fonction de la vocation qu’ils lui confèrent. Ceci nous permettra de questionner les rapports complexes avec le champ politique pour des associations de « militants » et des logiques de refus, de désintérêt ou d’ « évitement du politique » pour d’autres au moment où la campagne est lancée.

Références citées :

* Éric Agrikoliansky, « Carrières militantes et vocation à la morale : les militants de la LDH dans les années 1980 », Revue française de science politique, 2001, Vol. 51, no 1, p 27 -46

* Camille Hamidi, « Éléments pour une approche interactionniste de la politisation », Revue française de science politique, 2006, vol. 56, no 1,p 5 – 25.

Retour sur une précédente enquête et publication collective en 2012.

Alors que nous avons décidé de repartir sur le terrain pour mener une nouvelle enquête pédagogiquement intéressante et scientifiquement fondée sur les municipales, jetons un œil dans le rétroviseur.

C’était il y a deux ans déjà lors de la campagne présidentielle de 2012. Nous avions découvert à tâtons, avec les étudiants, les turpitudes d’une enquête de terrain à 200.

En mai 2011, le groupe d’enquête national Sociologie Politique des Elections (SPEL) est lancé pour enquêter sur l’élection présidentielle de 2012. Le parti pris méthodologique est de multiplier les terrains d’enquête en France pour saisir le rapport à la politique des citoyens ordinaires, des militants et des candidats à l’élection.

A SciencesPo Lyon, avec des étudiants de deuxième année, nous décidons de nous saisir de l’opportunité de ce travail collectif pour nous interroger sur le rapport à la politique des habitants du Grand Lyon. Les enseignants et les étudiants vont alors s’entretenir à trois reprises avec des  habitants votant(s) dans différents territoires de l’agglomération pour échanger sur leur trajectoire personnelle, professionnelle et leur perception de la politique. Plus de 100 entretiens sont menés entre novembre et mai 2012. Ce riche travail d’enquête nous conduit à envisager une publication collective à la portée de toutes et tous, un ouvrage « grand public ».

Enquêter et rédiger collectivement

Le travail de rédaction collective est un nouveau défi et une nouvelle étape dans la collaboration entre enseignants et étudiants. Le choix des enquêtés ne se fait pas sans difficulté.  Il nous faut identifier des quartiers d’étude pertinents, choisir les personnes dont les entretiens ont été les plus riches, et travailler avec des étudiants volontaires, prêts à consacrer du temps à cette rédaction à plusieurs mains. L’articulation entre rapport au territoire et rapport au politique ne se fait pas sans heurt. Mais il permet de mettre en lumière l’hétérogénéité de quartiers trop souvent présentés comme homogènes tels que les quartiers bourgeois du centre-ville de Lyon et ceux des Monts d’Or, l’existence de « seuils » dans l’agglomération, ou encore de s’intéresser aux habitants des quartiers pavillonnaires qui ont fait l’objet d’un traitement médiatique accru. Finalement, l’ouvrage Vox populy. Radiographie du vote lyonnais à la présidentielle de 2012 est publié en février 2013 !

Reste que le dispositif d’enquête est perfectible tout comme le rendu final. Certains groupes sociaux comme les ouvriers ou les précaires ont fait l’objet de peu d’entretiens, certains quartiers ont été peu étudiés. La méthodologie aurait aussi dû être plus explicitée dans l’ouvrage et probablement mieux cadrée dès les premiers temps de l’enquête.

C’est avec cette première expérience et son lot de difficultés que nous nous relançons dans l’aventure d’une enquête collective sur les municipales menée par les enseignants et étudiants de SciencesPo Lyon et de l’Université Lyon 2. Là encore, il s’agit de questionner le rapport à la politique au moment d’une campagne en s’intéressant aux partis politiques en campagne, à l’environnement militant et aux lyonnais.

Forts d’une première expérience enrichissante, relevons ensemble cette année le défi d’une nouvelle enquête !

Anouk Flamant, Mili Spahic, Julie Vaslin.