Trois enquêtes pour une campagne

Enquêter sur une campagne électorale c’est enquêter à un moment particulier de la vie politique municipale. Les murs de la ville se couvrent et se recouvrent d’affiches, les marchés deviennent des espaces de discussion politique, les réseaux sociaux deviennent des scènes de luttes partisanes. Le rapport à la politique des individus s’en trouve temporairement modifié. C’est vrai pour les professionnels de la politique qui rangent leur costume de décideur public pour endosser celui de candidat. Mais c’est aussi vrai pour ceux que Daniel Gaxie appelle les « indifférents », habituellement peu sensibles à la chose publique et qui, à l’occasion d’une campagne, peuvent s’intéresser, prendre parti et même participer à la compétition électorale.

Pour saisir au mieux les transformations du rapport à la politique pendant ce temps particulier, nous avons décidé de travailler collectivement en mobilisant trois dispositifs d’enquête complémentaires : les partis en campagne, l’environnement militant et les lyonnais.

Le premier axe sera consacré aux candidats et à leurs appareils politiques. Il s’agira de s’intéresser aux pratiques concrètes de campagne, que ce soient les débats pour les compositions des listes, les séances de tractage, les réunions entre militants, les meetings ou bien encore la mise à jour d’un site internet. Cette attention particulière aux pratiques concrètes impose un travail d’enquête qualitatif qui passera notamment par la conduite d’entretiens et des observations ethnographiques. Cette partie de la recherche sera conduite auprès des principales équipes de campagne dans quatre arrondissements de Lyon : le 1er, le 3ème, le 5ème et le 8ème.

Le second dispositif est centré sur une catégorie plus labile, celle de l’environnement militant. L’idée est de s’intéresser au rapport à la campagne municipale de groupes militants aux intérêts divers. On pense par exemple à des associations de riverains, à des syndicats, à des organisations culturelles ou à des groupes religieux. Ces entités collectives ont toutes une existence pérenne en dehors de la campagne électorale. Mais à l’occasion de celle-ci, elles peuvent avoir vocation à se tourner vers le politique, à formaliser des revendications, à soutenir un candidat, voire à ce que certains de ses membres intègrent une liste. L’enquête qualitative aura pour principal objectif de saisir les formes d’activation politique qui peuvent surgir à l’occasion d’une campagne municipale.

Enfin, la troisième enquête permettra de se pencher sur le rapport à la politique des lyonnais avant les élections Plutôt que de produire une énième enquête quantitative, ayant pour veine vocation la représentativité de l’ensemble des électeurs lyonnais, nous privilégions ici une enquête qualitative, au long cours, centrée sur des sous-ensembles plus restreints. Il s’agit d’individus pour lesquels la littérature de sociologie électorale nous apporte déjà quelques éclairages, mais dont le rapport à une campagne municipale, qui plus est dans le contexte lyonnais, reste à interroger. Les entretiens seront menés auprès d’habitants lyonnais aux profils sociaux divers : des primo-votants, des précaires, des retraités, des petits commerçants et artisans, des étrangers (communautaires et extra-communautaires), et des personnes à forte pratique religieuse.

Six mois avant le premier tour de l’élection, l’esquisse des trois terrains à arpenter est tout juste tracée. Ce qui reste à venir est le plus long, le plus déroutant et le plus excitant : enquêter.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *