Journée d’études Fragments d’enquête – Personnes ayant une pratique confessionnelle soutenue

Les enquêtes présentées lors de cette table ronde portent seulement sur des Lyonnais de confession catholique ou musulmane. Bien qu’elles aient eu lieu à un moment où la campagne n’avait clairement pas commencé pour nos enquêtés (fin 2013), elles nous permettent de tirer quelques fils de réflexion transversaux sur le rapport au politique de ces Lyonnais ayant une pratique confessionnelle soutenue.

Premier constat : la confession des enquêtés présentés au cours de la table ronde ne nous dit rien de leur orientation politique. Pour le dire simplement, en reprenant les propos de Dominique Schnapper et Sylvie Strudel : « Il va de soi que le fait politique [religieux] ne se réduit pas au problème du vote des [personnes croyantes/pratiquantes] » . L’isolement de la variable « religion » pour esquisser une compréhension des orientations électorales d’un groupe d’acteurs est d’emblée apparu comme non pertinent et les quelques enquêtes dont il fut question autour de notre table ronde ont confirmé ce point. Parmi eux, deux femmes retraitées catholiques ont un vote partisan pour l’UMP, un père de famille catholique lui aussi a un vote plutôt volatile alors que le fils de l’un deux se dit favorable à François Hollande. Parmi les enquêtés de confession musulmane, un jeune homme ayant voté pour le PS puis pour José Bové en 2007, se dit aujourd’hui relativement indifférent au jeu des partis.

En revanche, les discussions nous ont rapidement menés à relever des similitudes dans les formes de rapport au politique des enquêtés, via leurs engagements multiples qu’ils soient définis par les enquêtés comme religieux, associatif, civique, moral, communautaire ou local. Nombre des enquêtés présentés cumulent en effet une pratique religieuse régulière avec un engagement autre, plus ou moins directement lié à cette pratique religieuse. Par exemple, alors qu’un enquêté est membre de l’association alter catho, un autre travaille en tant que libraire dans l’association Tawhid. Il fut également question d’un prêtre du Prado pleinement investi dans la vie ouvrière du 7e arrondissement, élu au syndicat des prêtres de Lyon, ou encore d’un membre de la communauté du Chemin neuf vivant depuis une dizaine d’années dans le 5e arrondissement. Pour autant, tous ne considèrent pas leurs engagements sur la place publique comme des engagements « politiques ».

On assiste ainsi à un rapport au politique qui, pour la plupart des enquêtés rencontrés, est d’abord fondé sur un engagement religieux mais dont les pratiques quotidiennes entrent largement dans l’ordre du profane. Ce rapport au politique est notamment marqué par un intérêt régulier pour l’actualité tant nationale que locale, et l’intérêt qu’ils portent à des enjeux particuliers comme le débat sur le mariage pour tous, pour les enquêtés catholiques, ou bien pour le conflit israélo-palestinien, pour certains enquêtés musulmans.

Derrière cette présentation schématique des réflexions menées sur le rapport au politique au cours de la table ronde se cache une question restée en suspens et pourtant incontournable : où poser la frontière entre engagement religieux et engagements profanes ? L’interpénétration des deux domaines est grande et un jeune chercheur en science politique pourra aisément voir les marqueurs d’un engagement civique profane là où son enquêté ne se décrit lui-même que comme un croyant aux comportements moraux. On retrouve d’ailleurs cette opposition entre action « morale » et engagement « politique » chez d’autres catégories d’acteurs, comme par exemple les militants de la Ligue des Droits de l’Homme dont les carrières ont été analysées par Eric Agrikoliansky . Qualifier son action de « morale » constitue ainsi un moyen de la démarquer d’une action « politique », qualificatif entendu comme péjoratif car faisant référence à un jeu partisan qui, dans l’esprit des enquêtés, est ici plus proche d’un jeu au service de la conquête du pouvoir que d’une véritable adhésion à des valeurs. Autrement dit, qualifier son action de « morale » permet de dépolitiser le discours qui l’entoure, sans pour autant nier la réalité de cette action locale – associative, sympathisante, citoyenne – dans la polis, la cité.

Ce rapport au politique nettement marqué par des engagements allant du profane vers le sacré peut aussi être compris comme étant une conséquence de la socialisation de nos enquêtés qui, tous, appartiennent à des milieux sociaux privilégiés. Ainsi, il nous semble plus raisonnable d’appréhender le milieu social d’origine comme principal élément de compréhension du rapport au politique de nos enquêtés, que d’associer seulement l’intensité de leur pratique religieuse à celle de leurs engagements tiers.
Difficile d’ailleurs de réussir à qualifier ce degré d’intensité de la pratique religieuse de chacun. Bien que le titre de la catégorie « personne ayant une pratique confessionnelle soutenue » ait pu nous donner au premier abord l’impression de couvrir une réalité assez homogène, les analyses des uns et des autres dévoilent une réalité toute autre. Une personne qui se rend chaque semaine dans un lieu de culte ne se définira pas forcément elle-même comme ayant « une pratique confessionnelle soutenue ». Autrement dit, la perception de l’intensité de la pratique par le chercheur est souvent en décalage avec la façon dont les enquêtés définissent eux-mêmes leur pratique religieuse. Pour la qualifier, la fréquence de la fréquentation d’un lieu de culte ne semble pas être un critère nécessairement pertinent – bien qu’il restât un indicateur relativement pratique pour la délimitation du terrain d’enquête.

Un dernier point mérite d’être souligné : la plupart des enquêtés présentés ici se disent « méfiants » envers « la politique ». Bien que la plupart des enquêtés rencontrés suivent l’actualité et se forgent des opinions sur les thématiques qui les intéressent, on note que les hommes et femmes politiques, les partis et les jeux électoraux sont l’objet d’une défiance claire de leur part. La façon dont ils qualifient leurs engagements (« moraux », « civiques ») témoigne déjà de cette volonté d’éviter le politique. On pourrait aussi comprendre ce phénomène en faisant l’hypothèse que certains enquêtés, comme ils nous l’ont dit, se méfient d’une certaine stigmatisation de leurs pratiques religieuses par le politique. Mais le phénomène est plus vaste, surtout si l’on considère que la défiance vis-à-vis du politique se retrouve dans bien d’autres catégories sociales – et notamment la catégorie « artisans et petits commerçants » qui fut l’objet d’une autre table ronde.
Sans pouvoir l’expliquer complètement, on constate des conséquences différenciées de cette défiance du politique dans les difficultés d’accès au terrain des enquêteurs. Il fut notamment plus simple de solliciter des entretiens avec des interlocuteurs pratiquant la religion majoritaire qu’avec des personnes pratiquant les religions minoritaires dans le pays. Si cette remarque vaut pour tous les participants de la table ronde, elle est aussi fondée sur les expériences de l’ensemble des enquêteurs qui ont souhaité s’intéresser aux Lyonnais ayant une pratique confessionnelle régulière. On comprend aisément la crainte que peuvent avoir les pratiquants des religions minoritaires, voire dominées, de voir leurs propos déformés ou devenir l’objet de stigmatisations. En se présentant comme étudiants en science politique, les enquêteurs ont parfois suscité la méfiance de leurs enquêtés potentiels, inquiets de voir leur religion devenir l’objet d’une analyse politique qui aurait pu, selon leur expérience et leurs perceptions, alimenter des préjugés sur leur foi. Ce n’est qu’après avoir essuyé plusieurs échecs et réfléchi à d’autres modes de présentation de soi que les enquêteurs ont réussi à convaincre leurs interlocuteurs réticents de jouer le jeu de l’enquête – dont ils avaient parallèlement estompé la dimension « politique » et « électorale » au profit d’un intérêt plus fort pour l’engagement associatif, par exemple. Ce constat contraste avec la relative facilité d’accès au terrain pour les étudiants ayant pris pour objets des enquêtés de confession catholique. En allant dans une paroisse, rencontrer les fidèles à la fin d’une messe ou bien en passant par des contacts communs, la plupart des enquêteurs n’ont pas eu de mal à convaincre leurs enquêtés potentiels de participer à une enquête de science politique.

—-

Références utilisées :
Schnapper, Strudel, « Le vote juif en France », Revue française de science politique, 1983, n°6, pp. 933-961
Agrikoliansky Éric, Carrières militantes et vocation à la morale : les militants de la LDH dans les années 1980, Revue française de science politique, 2001/1 Vol. 51, p. 27-46

Enquêter sur le FN : une ouverture en trompe l’œil

La table ronde consacrée à l’étude de l’extrême droite en campagne a réuni des contributions aux terrains assez divers. Il a été question de membres du Front National (élus, militants, directeur de campagne), mais aussi de lyonnais engagés au sein des jeunesses identitaires. Les parcours de ces différents individus avaient chacun leur particularité. Il n’en demeure pas moins que la table ronde a été l’occasion de discuter plusieurs régularités dans leurs biographies : une forte pratique du catholicisme et le passage par certaines universités et mouvements politiques de jeunesse.

Mais le principal intérêt de cette table ronde a été de revenir sur les conditions d’enquête de jeunes étudiants de deuxième année au sein du Front National. Les travaux sur le militantisme frontiste des années 1980-2000 avaient incité leurs enseignants à être particulièrement attentifs aux conditions d’entrée sur le terrain. Il ressort des présentations orales des étudiants que cette dernière a été finalement assez facile. Ils ont pu aisément, et dans le bref délai de l’enquête (quelques semaines), s’entretenir avec des membres du FN et même, pour certains d’entre eux, réaliser plusieurs observations à l’occasion de meetings non ouverts à la presse. Autrement dit, le Front National a ouvert ses portes aux jeunes enquêteurs de Sciences Po Lyon.

Ce premier constat ne doit pas en cacher un second. Si les étudiants n’ont pas connu de difficulté particulière pour « décrocher des entretiens », leur degré de liberté réel sur le terrain était très restreint. Ils ne pouvaient par exemple discuter qu’avec les militants autorisés à le faire. Un groupe d’étudiants a ainsi évoqué le cas d’un meeting au cours duquel ils se sont rapprochés de plusieurs militants pour s’entretenir avec eux de manière formelle. A chaque tentative un cadre du parti venait les chercher pour leur expliquer qu’il ne « fallait pas parler avec ces gens là ». D’autres se sont vus limiter les possibilités d’entretiens aux seuls individus envoyés par l’organisation. Le cadre fixé par les responsables partisans était celui du discours contrôlé. Les tentatives d’échanges avec des militants concernant les étrangers, ont été systématiquement interrompues par l’intervention d’un cadre du parti.

Si les conditions d’enquête n’allaient pas jusqu’à la nécessité de passer par le travestissement d’identité comme dans certains travaux de journalistes des années 1980, il faut se prémunir contre l’illusion d’un terrain ouvert, devenu tout à fait « comme les autres ». Les récits d’étudiants montrent qu’il s’agit encore d’enquêtes en milieu « difficile » (Boumaza, Campana, 2007), pour lesquelles il faut sans cesse – et sans doute plus qu’ailleurs – se questionner sur son rapport à son terrain, sur la manière dont on y est perçu (Boumaza, 2001). Les présentations de cette table ronde font directement écho à ce que décrivait Sylvain Crépon dans son travail sur le FNJ de Samuel Maréchal (Crépon, 2006). Il avait pu faire une enquête au long cours, mais avait été contraint, par la direction du mouvement, à se limiter à certains lieux et à certaines personnes.

En « ouvrant ses portes », le Front National suit un double objectif. D’abord faire parler de lui à quelques semaines des élections municipales. Si une enquête sociologique menée par des étudiants n’a pas le retentissement d’une couverture presse, elle n’en reste pas moins une occasion de médiatiser son action au delà de ses frontières partisanes. Le second objectif est moins évident, mais tout aussi présent dans les enquêtes présentées par les étudiants. Peu de temps avant le dépôt des listes, le parti frontiste n’était toujours pas parvenu à réunir suffisamment de personnes ayant accepté de déposer leur nom sur la liste du FN. Ils étaient notamment en manque de candidatures féminines. La pénurie était telle que des cadres du parti sont allés jusqu’à proposer à une des étudiantes enquêtrices d’intégrer la liste FN d’un arrondissement.

La facile entrée sur le terrain racontée par tous les étudiants ayant choisi de travailler sur l’extrême droite lyonnaise ne doit pas occulter la dimension stratège du parti et de ses dirigeants. Il s’agissait de laisser de jeunes étudiants enquêter au sein de l’extrême droite lyonnaise, mais auprès d’acteurs autorisés à parler. D’acteurs en l’occurrence porteurs d’une parole plus contrôlée que celle de l’ensemble des militants. Cette dernière est restée insaisissable pour les différents groupes d’enquête. Insaisissable il est vrai car cela exige souvent un travail sur le temps long. Mais insaisissable aussi par ce que les cadres du FN ne leur ont « ouvert » que les portes qu’ils désiraient. Celles donnant accès aux militants de base du parti, sont restées closes. Bien closes.

 

Références citées

BOUMAZA Magali, « L’expérience d’une jeune chercheuse en « milieu extrême » : Une enquête au Front national », Regards sociologiques, 22, 2001.

BOUMAZA Magali, CAMPANA Aurélie, « Enquêter en milieu « difficile » », Revue française de science politique, vol. 57, n°1, 2007.

CREPON Sylvain, La nouvelle extrême droite. Enquête sur les jeunes militants du Front national, Paris, L’Harmattan, 2006.

Table ronde : Les Associations et la campagne des municipales

Cette table a réuni des présentations marquées par la diversité des acteurs envisagés et de la manière dont le rapport à la politique est abordé par ceux-ci et par les enquêteurs eux-mêmes. Trois points principaux ont émergé des quatre présentations et de nos échanges qui ont suivi.

En premier lieu, nous pouvons distinguer deux types d’enquêtés : ceux qui présentent leur activité comme militante et se définissent comme « militants » tels que des membres de la Ligue des Droits de l’Homme ou des membres de l’Association Carton Rouge. D’autres à l’inverse sont des salariés d’associations sanitaires ou membres d’associations de loisirs, culturelles et ont un rapport très distant dans leur activité au militantisme, ils se définissent plutôt comme des bénévoles. Pour plusieurs d’entre eux, leur militantisme ou leur travail associatif se fait à l’interface avec les pouvoirs publics pour lesquels ils remplissent des missions d’intérêt général ou sont actifs dans des instances de consultation et de participation de l’agglomération.

En raison de cette diversité des manières d’être et d’agir au sein de leurs associations respectives, leur rapport à la politique diffère fortement. Pour celles et ceux qui se définissent comme militants, les liens avec la vie politique partisane sont nombreux ou l’ont été. En effet, plusieurs d’entre eux seront sur des listes lors des élections municipales en mars 2014 ou ont été précédemment engagés au sein d’un parti politique. Toutefois, ils explicitent leur engagement partisan en prenant soin de le distinguer de leur militantisme associatif. Pour d’autres, c’est bien l’engagement politique qui a précédé l’engagement associatif. Ce dernier est alors plutôt une réponse à un désenchantement vis-à-vis du politique, de la « politique politicienne » pour reprendre leurs termes. En revanche, ceux qui ont présenté leur lien avec les associations comme du bénévolat, un loisir ou un travail, ont un faible intérêt pour la politique. La campagne reste très peu présente dans leurs discours et leur positionnement sur l’échiquier politique semble plus volatile.

Finalement, cette table a été l’occasion d’interroger la pertinence de regrouper ces différentes interventions sous le vocable « associations ». En effet, dans la lignée de plusieurs travaux de science politique et de sociologie (Agrikoliansky, 2003 ; Hamidi, 2006), il apparaît plus pertinent de questionner le rapport au politique des membres d’associations en fonction de la vocation qu’ils lui confèrent. Ceci nous permettra de questionner les rapports complexes avec le champ politique pour des associations de « militants » et des logiques de refus, de désintérêt ou d’ « évitement du politique » pour d’autres au moment où la campagne est lancée.

Références citées :

* Éric Agrikoliansky, « Carrières militantes et vocation à la morale : les militants de la LDH dans les années 1980 », Revue française de science politique, 2001, Vol. 51, no 1, p 27 -46

* Camille Hamidi, « Éléments pour une approche interactionniste de la politisation », Revue française de science politique, 2006, vol. 56, no 1,p 5 – 25.

Retour sur les enseignements de la journée d’études

Le vendredi  31 janvier s’est tenue une journée d’études à l’ENS de Lyon intitulée « Fragments d’enquête – Juste avant la campagne ». Celle-ci a été l’occasion d’entendre les étudiants de l’université Lyon 2 et de Sciences Po Lyon présenter leur travail d’enquête.

Les discussions ont été riches et stimulantes. Elles ont permis de revenir sur les méthodes d’enquête employées par les étudiants et sur la construction de leurs terrains. Elles ont également été l’occasion de proposer de discuter sur des éléments de fond, et notamment sur le rapport à la politique des individus interrogés.

Nous proposons de mettre en ligne cinq comptes-rendus analytiques des tables rondes thématiques qui ont rythmé cette journée. Nous commençons aujourd’hui par la table ronde de l’après midi consacrée aux associations.

 

Voir le programme complet de la journée d’études sur le site internet de l’UMR Triangle.

Quand étudier une pratique religieuse interroge nos convictions les plus intimes

Considérations autour d’une enquête collective sur les jeunes convertis à l’Islam.

Cette note constitue un retour réflexif sur une enquête collective menée entre septembre et décembre 2013. Nous nous sommes penchés à cette occasion sur le rapport au politique d’une population très spécifique : les jeunes convertis à l’Islam de l’agglomération lyonnaise.

En travaillant sur des individus ayant une forte pratique religieuse, nous avons été amenés très rapidement à mettre en question notre propre rapport à la religion et plus particulièrement à l’Islam. Ce sont à la fois nos convictions personnelles et nos représentations que nous avons interrogés. Nous avons construit cette enquête à six et deux d’entre nous sont musulmanes pratiquantes, une chiite et l’autre sunnite. A l’inverse, deux autres membres du groupe, ont du faire un effort particulier afin d’éviter tout jugement normatif. En effet, ils entretiennent des rapports plutôt conflictuels avec la religion, notamment depuis les débats de cette année autour du mariage homosexuel.

Dans les premières semaines de l’enquête, cette relative proximité de certains d’entre nous avec le terrain, nous a permis de constituer rapidement un « réseau » de convertis (connaissances, amis d’amis, voisinage…) potentiellement disponibles pour des entretiens. Après réflexion, il nous a fallu toutefois prendre conscience des limites de cette apparente facilité. En effet, la cohorte d’enquêtés semble, rétrospectivement, très homogène. Cette homogénéité est directement liée à la manière dont nous avons constitué cette cohorte : jeunes (le plus âgé ayant 31 ans), diplômés (du Baccalauréat au master) et issus ou appartenant à une classe moyenne-basse. C’est alors, grâce au regard des différents membres du groupe, que nous nous sommes penchés sur ceux que nous avons appelés les  »non-enquêtés ». C’est-à-dire ceux avec qui nous n’avons pu effectuer un entretien, notamment car nous avons essuyé des refus. Ces refus viennent souvent de jeunes entrés dans un Islam plus rigide, avec notamment la mise en valeur de l’identité musulmane dans l’espace public (barbe, djelaba…). Issus généralement des classes populaires, ils ne sont pas ou peu diplômés et constituent une part non négligeable des jeunes convertis. Les possibilités d’exploitations du terrain ont été par ailleurs décuplés, car nous avons pu observer la prière du vendredi dans deux mosquées différentes afin d’étudier la composition de la population des fidèles et le contenue des prêches. Une observation participante dans un lieu de culte lors de l’office pose, en effet, quelques difficultés pour un non croyant. Une des musulmanes pratiquantes du groupe a eu accès facilement au lieu et a pu analyser aisément les différences en terme de dogme entre mosquées, grâce à une relative bonne compréhension de l’arabe littéraire.
Lorsqu’il a été question de constituer les grilles d’entretiens, puis de mener l’enquête, nous avons été confronté à de réels débats issus directement des différences, parfois des clivages, entre nos points de vue, nos convictions, au sein même du groupe. Cela a été très prolifique, et a permis de donner de la profondeur à notre approche du terrain. L’exemple le plus significatif a été celui de la définition de ce qui serait une forte pratique religieuse : si pour les non-croyants la pratique quotidienne de l’Islam à raison de cinq prières par jour paraissait naturellement rentrer dans cette catégorie, il en allait autrement pour les pratiquantes du groupe qui expliquaient qu’il s’agit là d’un strict minimum pour pouvoir s’affirmer musulman pratiquant. Ces différents regards ont indéniablement influencé les entretiens, notamment par l’imposition de certaines problématiques au enquêtés. Plutôt que d’ignorer la question, nous avons initié notre analyse par le retour critique de chacun sur les entretiens menés par les autres membres du groupe à l’aide de retranscriptions détaillées (les retranscriptions ont été faites par d’autres enquêteurs que ceux qui ont mené l’entretien).
Les différents moments de l’analyse et de l’écriture, de la problématisation à ce dernier texte, ces différents profils au sein du groupe ont été par moment atouts et parfois faiblesses. Nous avons fait un réel effort d’objectivation croisée des données de l’enquête. La mise en cohérence des différents regards sur ces données a été un défi difficile à relever. En revanche, nous avons économisé un temps conséquent, notamment en lecture, lorsqu’il était question de comprendre les différentes pratiques religieuses, les croyances des enquêtés. Avoir des pratiquantes maîtrisant le dogme et ayant conscience des nombreux débats agitant la communauté des croyants a été un avantage certain.

En définitive, nous pouvons dire que nous aurions eu du mal à produire une enquête aussi complète en si peu de temps (onze semaines), sans avoir constitué ce groupe certes hétérogène mais au sein duquel est né une vrai dynamique. A chaque moment de l’enquête nous avons discuté, dialogué sur tous ces aspects induits par le positionnement de chacun vis à vis de l’Islam. A posteriori, la principale difficulté, qui a pu nuire à la qualité de notre raisonnement et de la rédaction, a été non pas l’hétérogénéité mais d’avantage le nombre. Nous étions six là où deux ou trois étudiants auraient suffit, en particulier dans l’optique de se préparer à l’écriture très solitaire d’un mémoire au second semestre de cette année de Master.

Hugo Nadin
Étudiant en Master 1 de Science Politique à l’Université Lumière Lyon 2

Une campagne et des hommes

Alors que la campagne électorale pour l’élection municipale et les élections européennes a déjà commencé – ne serait ce que dans les coulisses où tout le monde s’affère pour avoir sa place sur les listes – un rapide tour d’horizon de notre panorama politique lyonnais s’avère utile.

L’élection municipale dans la capitale des Gaules est aussi, voire essentiellement pour certains, l’occasion de se placer en vue d’une échéance européenne, régionale ou sénatoriale. Elle attire aussi les projecteurs sur elle, car la campagne que nous commençons déjà à vivre est aussi liée à une démarche et à des stratégies partisanes nationales.

Jetons un œil sur les candidats et leurs équipes :

A droite, l’UMP, fortement divisée au niveau national, et après une primaire locale présente un front uni, avec un candidat légitimé, en la personne de Michel Havard. En juin dernier,  il a emporté l’élection interne, au second tour, face au député de la 11e circonscription du Rhône Georges Fenech. Ancien diplômé de Sciences Po Lyon, il a été adjoint au commerce de la mairie du 5e arrondissement de Lyon de 1995 à 2001, puis conseiller général de 2004 à 2008 et député de la 1ère circonscription du Rhône de 2007 à 2012. Elu sur les terres d’Anne-Marie Comparini, ancienne présidente UDF de la Région Rhône Alpes, il a perdu l’ensemble de ses mandats et tentera en mars prochain, de gagner, avec ses équipes au moins un arrondissement et de conserver les deux arrondissements déjà dirigés par la droite, le 2e et le 6e.

Toujours à droite, la question d’une liste autonome de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI) et des MODEM ne semble pas d’actualité. Très vraisemblablement, il y aura une liste commune UMP-UDI-MODEM dès le premier tour de l’élection municipale, et seulement une alliance UDI-MODEM aux élections européennes.

A gauche, la situation est encore un peu confuse. Le Parti Socialiste (PS) organisera un vote pour désigner le seul candidat en lice, Gérard Collomb. Professeur agrégé de lettres, l’actuel maire de Lyon, a été élu pour la première fois en 1977, il est député en 1981 et gardera son poste à l’Assemblée nationale jusqu’en 1988. En 1995, avec une liste de gauche plurielle, il remporte 3 arrondissements, et rentre dans l’exécutif du Grand Lyon, aux côtés de Raymond Barre. En 1999, il est élu Sénateur du Rhône, puis gagne en 2001 les municipales – en étant minoritaire en voix, particularité de la loi PLM – et devient maire de Lyon, et président du Grand Lyon. Il se représente donc cette année pour un 3e mandat, avec la volonté de laisser une place importante sur ses listes aux personnalités issues de la société civile.

A sa gauche, certaines incertitudes règnent. EELV présente une liste autonome avec pour l’instant en tête de liste Emeline Beaume et Etienne Tete. La première a occupé les fonctions de conseillère municipale et communautaire au mandat précédent. Le deuxième s’est fait remarquer pour s’être opposé à Gérard Collomb, alors adjoint dans la majorité municipale (2001 – 2009). Une partie de EELV a toutefois indiqué vouloir rejoindre Gérard Collomb.

La question est de savoir aussi ce que feront les partis du Front de Gauche (Parti de Gauche, Parti Communiste, Gauche Unitaire) dans le cadre d’accord au 1er tour. Se rapprocheront-ils du Groupe d’Action et de Réflexion Métropolitaine (GRAM), emmené par Nathalie Perrin Gilbert ?  Maire du 1er arrondissement, en congé du Parti socialiste depuis quelques semaines, et ancienne secrétaire nationale du PS en charge du logement. En tous les cas, elle a annoncé vouloir se présenter, et cela au moins dans 2 à 3 arrondissements. C’est aussi sur le territoire de la future Métropole, et donc du Grand Lyon, que ces accords se jouent  avec la possibilité de listes dissidentes dans d’autres communes.

Enfin, le Front National sera représenté par Christophe Boudot. Actuellement conseiller régional, il a été le directeur de campagne du candidat FN André Morin en 2008. Il sera tête de liste dans le 8e arrondissement de Lyon, et espère bien profiter des bons scores réalisés par Marine Le Pen et son parti, pour réaliser un chiffre supérieur à 10%.

La campagne est donc lancée et visiblement la composition des listes a lieu avant la mise en scène des programmes de chacun. La présentation définitive devrait intervenir tardivement, les leaders repoussant au maximum l’échéance pour éviter aux « déçus » de faire défection.

Le rapport à la politique des lyonnais à travers six focales

Un des principaux défis de notre enquête collective est de comprendre le rapport qu’entretiennent les lyonnais à la politique en période de campagne électorale. Pour ce faire, nous avons privilégiée une démarche compréhensive, qui s’appuie sur un matériau qualitatif, plutôt qu’un modèle explicatif centré sur le sondage.

Ce parti pris méthodologique implique d’opérer des choix. La conduite d’entretiens à répétitions et d’observations au long cours constitue un protocole d’enquête lourd qui conduit à se centrer sur des terrains bien délimités. Dans le travail sur la présidentielle à Lyon, les enquêteurs de Vox Populy avaient privilégié une focale territoriale, en analysant le rapport à la politique d’individus en fonction de leur quartier d’appartenance. Pour cette nouvelle recherche, nous avons opté pour des entrées sociologiques. Les six catégories ainsi retenues font sens à la fois vis-à-vis de la littérature existante et du terrain lyonnais.

–       La forte pratique religieuse est une des variables les plus traditionnelles de la sociologie électorale. Ce n’est pas tant la corrélation avec une orientation électorale qui nous intéresse, mais plutôt les représentations, les manières de voir le monde, le rapport au politique de ces individus. Ce questionnement est d’autant plus intéressant qu’il s’inscrit dans le contexte lyonnais, marqué à la fois par une forte prégnance historique du catholicisme et par une importante activité des mobilisations « Manif pour tous » à l’hiver 2012 et au printemps 2013.

–       L’âge est trop rapidement considéré comme une variable qui va de pair avec un vote à droite. En proposant d’aller enquêter auprès de retraités, on se propose d’étudier le rapport au politique en l’inscrivant dans de longs récits de vie : de comprendre les différents espaces de socialisation politique, les différents événements qui ont compté, les moments de continuité et de rupture. Il s’agira alors de saisir les formes d’activations politiques qui s’opèrent lors d’une campagne municipale, au prisme de l’enchevêtrement du temps long et du temps court.

–       Les travaux d’Annick Percheron ont permis de prendre au sérieux la socialisation politique des enfants. L’intérêt pour les activités politiques et leur compréhension ne commence pas soudainement à la majorité électorale. Conscient des apports de ces recherches, le travail sur les primo-votants propose d’interroger les formes de socialisation politique antérieures de ces individus et de saisir ce qui se joue à l’occasion d’une première campagne (et d’un premier vote) en termes de rapport au politique.

–       La participation politique des étrangers peut être éclairée par les travaux socio-historiques sur l’extension du suffrage. En effet, il s’agit bien d’une catégorie de la population qui n’a pas, ou très partiellement, accès à l’isoloir. Le contexte de la campagne municipale est particulièrement intéressant pour étudier leur rapport à la chose publique avec une distinction entre les étrangers communautaires qui ont le droit de vote, et les extracommunautaires qui ne l’ont pas. De plus, la présidentielle de 2012 a été marquée par des engagements de plusieurs candidats sur le vote des étrangers, thématique qui pourrait ressurgir lors de la campagne à venir. L’objectif premier est bien de prendre cette question du côté des individus étrangers, d’interroger leur rapport à la politique, et moins d’observer les mobilisations.

–       Les grandes enquêtes quantitatives tendent à montrer des corrélations entre échelle sociale d’un côté et participation et compréhension politique de l’autre. Dans un tel modèle l’étude des précaires peut se résumer à un faible intérêt pour la politique. Plusieurs travaux récents ont montré tout l’intérêt de l’enquête qualitative pour interroger les formes de politisation d’individus vivant dans des quartiers populaires. En suivant la même démarche, il s’agit ici de se pencher sur celle des précaires en la pensant à la fois dans leur vie quotidienne, dans leur rapport à des organisations collectives et dans la temporalité de la campagne.

–       Dès le début des années 1980, Nonna Mayer montre « l’ancrage à droite des petits commerçants et artisans ». Au delà de la discussion de cette corrélation, nous souhaitons saisir leur rapport à la politique (et aux politiques) au cours d’une campagne. Notre intérêt est double : d’abord au niveau de leurs représentations et de leurs discours propres, qui plus est dans un contexte électoral au sein duquel le maire sortant place les entreprises et les entrepreneurs au cœur de son action. Ensuite parce qu’à travers leur activité professionnelle, ils participent à créer des espaces de sociabilité où la discussion politique informelle est fréquente.

Privilégier ces six catégories est le résultat d’un choix en amont de l’enquête. Nous aurions pu en proposer et en retenir d’autres. Néanmoins il nous semblait important de circonscrire, a priori, des terrains d’enquête bien délimités. Le travail qualitatif implique une accumulation de matériau importante qu’il serait impossible d’obtenir sur des terrains trop vastes ou trop nombreux.

Retour sur une précédente enquête et publication collective en 2012.

Alors que nous avons décidé de repartir sur le terrain pour mener une nouvelle enquête pédagogiquement intéressante et scientifiquement fondée sur les municipales, jetons un œil dans le rétroviseur.

C’était il y a deux ans déjà lors de la campagne présidentielle de 2012. Nous avions découvert à tâtons, avec les étudiants, les turpitudes d’une enquête de terrain à 200.

En mai 2011, le groupe d’enquête national Sociologie Politique des Elections (SPEL) est lancé pour enquêter sur l’élection présidentielle de 2012. Le parti pris méthodologique est de multiplier les terrains d’enquête en France pour saisir le rapport à la politique des citoyens ordinaires, des militants et des candidats à l’élection.

A SciencesPo Lyon, avec des étudiants de deuxième année, nous décidons de nous saisir de l’opportunité de ce travail collectif pour nous interroger sur le rapport à la politique des habitants du Grand Lyon. Les enseignants et les étudiants vont alors s’entretenir à trois reprises avec des  habitants votant(s) dans différents territoires de l’agglomération pour échanger sur leur trajectoire personnelle, professionnelle et leur perception de la politique. Plus de 100 entretiens sont menés entre novembre et mai 2012. Ce riche travail d’enquête nous conduit à envisager une publication collective à la portée de toutes et tous, un ouvrage « grand public ».

Enquêter et rédiger collectivement

Le travail de rédaction collective est un nouveau défi et une nouvelle étape dans la collaboration entre enseignants et étudiants. Le choix des enquêtés ne se fait pas sans difficulté.  Il nous faut identifier des quartiers d’étude pertinents, choisir les personnes dont les entretiens ont été les plus riches, et travailler avec des étudiants volontaires, prêts à consacrer du temps à cette rédaction à plusieurs mains. L’articulation entre rapport au territoire et rapport au politique ne se fait pas sans heurt. Mais il permet de mettre en lumière l’hétérogénéité de quartiers trop souvent présentés comme homogènes tels que les quartiers bourgeois du centre-ville de Lyon et ceux des Monts d’Or, l’existence de « seuils » dans l’agglomération, ou encore de s’intéresser aux habitants des quartiers pavillonnaires qui ont fait l’objet d’un traitement médiatique accru. Finalement, l’ouvrage Vox populy. Radiographie du vote lyonnais à la présidentielle de 2012 est publié en février 2013 !

Reste que le dispositif d’enquête est perfectible tout comme le rendu final. Certains groupes sociaux comme les ouvriers ou les précaires ont fait l’objet de peu d’entretiens, certains quartiers ont été peu étudiés. La méthodologie aurait aussi dû être plus explicitée dans l’ouvrage et probablement mieux cadrée dès les premiers temps de l’enquête.

C’est avec cette première expérience et son lot de difficultés que nous nous relançons dans l’aventure d’une enquête collective sur les municipales menée par les enseignants et étudiants de SciencesPo Lyon et de l’Université Lyon 2. Là encore, il s’agit de questionner le rapport à la politique au moment d’une campagne en s’intéressant aux partis politiques en campagne, à l’environnement militant et aux lyonnais.

Forts d’une première expérience enrichissante, relevons ensemble cette année le défi d’une nouvelle enquête !

Anouk Flamant, Mili Spahic, Julie Vaslin.

Trois enquêtes pour une campagne

Enquêter sur une campagne électorale c’est enquêter à un moment particulier de la vie politique municipale. Les murs de la ville se couvrent et se recouvrent d’affiches, les marchés deviennent des espaces de discussion politique, les réseaux sociaux deviennent des scènes de luttes partisanes. Le rapport à la politique des individus s’en trouve temporairement modifié. C’est vrai pour les professionnels de la politique qui rangent leur costume de décideur public pour endosser celui de candidat. Mais c’est aussi vrai pour ceux que Daniel Gaxie appelle les « indifférents », habituellement peu sensibles à la chose publique et qui, à l’occasion d’une campagne, peuvent s’intéresser, prendre parti et même participer à la compétition électorale.

Pour saisir au mieux les transformations du rapport à la politique pendant ce temps particulier, nous avons décidé de travailler collectivement en mobilisant trois dispositifs d’enquête complémentaires : les partis en campagne, l’environnement militant et les lyonnais.

Le premier axe sera consacré aux candidats et à leurs appareils politiques. Il s’agira de s’intéresser aux pratiques concrètes de campagne, que ce soient les débats pour les compositions des listes, les séances de tractage, les réunions entre militants, les meetings ou bien encore la mise à jour d’un site internet. Cette attention particulière aux pratiques concrètes impose un travail d’enquête qualitatif qui passera notamment par la conduite d’entretiens et des observations ethnographiques. Cette partie de la recherche sera conduite auprès des principales équipes de campagne dans quatre arrondissements de Lyon : le 1er, le 3ème, le 5ème et le 8ème.

Le second dispositif est centré sur une catégorie plus labile, celle de l’environnement militant. L’idée est de s’intéresser au rapport à la campagne municipale de groupes militants aux intérêts divers. On pense par exemple à des associations de riverains, à des syndicats, à des organisations culturelles ou à des groupes religieux. Ces entités collectives ont toutes une existence pérenne en dehors de la campagne électorale. Mais à l’occasion de celle-ci, elles peuvent avoir vocation à se tourner vers le politique, à formaliser des revendications, à soutenir un candidat, voire à ce que certains de ses membres intègrent une liste. L’enquête qualitative aura pour principal objectif de saisir les formes d’activation politique qui peuvent surgir à l’occasion d’une campagne municipale.

Enfin, la troisième enquête permettra de se pencher sur le rapport à la politique des lyonnais avant les élections Plutôt que de produire une énième enquête quantitative, ayant pour veine vocation la représentativité de l’ensemble des électeurs lyonnais, nous privilégions ici une enquête qualitative, au long cours, centrée sur des sous-ensembles plus restreints. Il s’agit d’individus pour lesquels la littérature de sociologie électorale nous apporte déjà quelques éclairages, mais dont le rapport à une campagne municipale, qui plus est dans le contexte lyonnais, reste à interroger. Les entretiens seront menés auprès d’habitants lyonnais aux profils sociaux divers : des primo-votants, des précaires, des retraités, des petits commerçants et artisans, des étrangers (communautaires et extra-communautaires), et des personnes à forte pratique religieuse.

Six mois avant le premier tour de l’élection, l’esquisse des trois terrains à arpenter est tout juste tracée. Ce qui reste à venir est le plus long, le plus déroutant et le plus excitant : enquêter.

Enquête(s) sur une campagne

Ce carnet est centré sur le suivi d’une enquête collective consacrée aux élections municipales à Lyon en 2014. La problématique générale de cette recherche est de questionner le « rapport à la politique » d’individus, et de groupes d’individus, à l’occasion d’un moment particulier : la campagne électorale.
Cette enquête est subdivisée en trois axes:
– Les partis en campagnes
– Les sympathisants
– Les lyonnais et la campagne

La recherche sera conduite entre octobre 2013 et mars 2014 par des enseignants chercheurs en science politique de l’UMR Triangle (5206), mais aussi par des étudiants de l’IEP de Lyon (CDM Méthodes en sciences sociales, 2e année) et de l’Université Lyon 2 (TD Socialisations et opinions politiques, M1 Science politique).